News

Le Dr Bernard Darbellay  a affiché le message suivant dans les salles d’attente :    Nous souhaitons déjà un prompt rétablissement à Bernard et un retour rapide au 2e étage de la Maison de la Sant...

  Nous accueillons dès le 26 août 2019 une nouvelle pousse médicale en la personne du Dr Philippe Zufferey ! Il a suivi sa scolarité à Leytron et à Sion, effectué ses études universitaires à l’Unive...

Une enquête réalisée par l'Observatoire valaisan de la santé a montré que qu'ils soient spécialistes ou de premier recours, les médecins sont plus nombreux et plus jeunes sur l'ensemble du canton avec...

Il est entré discrètement à la Maison de la Santé du Grand Entremont (MSGE). Car c’est déjà au courant 2017 qu’il a rejoint son compère Frédéric Bruchez au 3 ème étage. Vincent Luisier a la médecine g...

Et voilà encore un dinosaure de la médecine d’Entremont qui quitte la Maison de la Santé du Grand Entremont (MSGE). Après Gilbert Bruchez, François Barmettler, c’est au tour de Jean-Pierre Deslarzes d...

Félicitations à nos 2 assistantes Laura Gard et Tamara Maret pour leur « Intégrale du Rogneux », encouragées par Laura Maître, Rébecca Magnin et Tiffany Thétaz.

More From: Actualité Uncategorised

Une enquête réalisée par l'Observatoire valaisan de la santé a montré que qu'ils soient spécialistes ou de premier recours, les médecins sont plus nombreux et plus jeunes sur l'ensemble du canton avec une meilleure représentation féminine qu'en 2014. Pour montrer un exemple d'une solution apportée au problème de relève dans les zones excentrées soulevés dans la précédente étude du département de la santé, la RTS est venu à la Maison de la Santé de Sembrancher pour effectuer ce reportage: Article et vidéo

Changement de look sur les façades des bâtiments de la Maison de la Santé après 2 ans et demi... Les trois édifices sont ainsi nommés sobrement "Centre Médical", "Paramédical + CMS" et "Entre terre et ciel"

Et en prime, un éclairage sur le parking en face du centre médical pour le rendre un peu plus accueillant la nuit tombée.

Avant Après

 Avez-vous trouvé les différences? Félicitations!

Nouvelle période fébrile en Valais avec cette période carnavalesque. Les caricatures de Christian Constantin fleurissent de toute part. Les Guggenmusiks animent les cortèges. 

Mais à la MSGE , pas de révolution, mais une évolution dans le calme. Ce printemps nous enregistrerons la venue d'un nouveau médecin en la personne du Dr Vincent Luisier, comme Frédéric Bruchez arrivé l'automne passé, il dispose d'une solide formation en médecine générale. Il avait fait un stage au Népal qui avait coïncider au terrible tremblement de terre qui avait ravagé le pays. Progressivement le Dr François Barmettler diminue son activité pour la cesser fin 2018. Il sera probablement suivi par le Dr Bernard Darbellay, qui lui devrait poursuivre sa présence à la MSGE en assurant des gardes pour les urgences.

Par ailleurs, nous serons renforcés par des médecins assistants, soit le Dr Yannick Bürer de mai à octobre  2018 et le Dr Reberedo Daniel de novembre 2018 à avril 2019. Ils font tous deux partie du cursus médecins de famille du Valais Romand, ce qui signifie que tous 2 s'engagent à s'installer en Valais. Tous 2 sont intéressés à la médecine d'urgence et notamment au secours via le GRIMM (Groupe d'intervention médicale en montagne).

Durant l'entre-saison, la MSGE sera fermée le dimanche soit du 15 avril au 30 juin et du 30 septembre au 15 décembre. Les consultations sont peu nombreuses et ne justifient pas la présence d'un médecin et d'une assistante.

La collaboration avec l'hôpital du Valais se met gentiment en place. Le Dr Guendil -médecin chef de la chirurgie viscérale -consulte déjà à la MSGE. D'autres spécialistes devraient prochainement le suivre.

 

 

 

Pas de révolution à la Maison de la Santé, mais comme dans une « famille », tout évolue.

On citera déjà l’apport du Dr François Rudaz qui nous a épaulé pour les urgences depuis ce printemps. Durant la saison d’hiver, il retournera du côté de Thyon où il a son cabinet, pour revenir nous prêter main forte l’an prochain.

Et le Dr Yannick Buerer a fait son stage d’assistannat chez nous et le voilà qu’il effectue à la suite le remplacement de la Dresse Lucile Bois-Farinaud durant son congé maternité. On profite d’adresser tous nos vœux à Lucile et sa famille. Le Dr Buerer devrait d’ici 2 ans revenir à la MSGE pour y rester.

Enfin, nous devons nous préparer à 2 départs en fin d’année. Le Dr François Barmettler s’apprête à prendre sa retraite (bien méritée) pour la fin de l’année. Il a diminué légèrement son activité depuis quelques mois pour atténuer le choc de l’arrêt… Le Dr Jean-Pierre Deslarzes nous quittera également prochainement. Cela devait être en fin d’année, mais comme il s’octroie 2 mois de vacances américaines prochainement, il prendra son congé en février 2019… Jean-Pierre ne consultait plus, mais assumait de nombreuses tâches administratives qui retomberont dans nos bras… il est certain que nous reviendrons sur ces départs pour un vibrant hommage.

Nous accueillerons dès le 5 novembre 2018 un nouvel assitant pour 6 mois le Dr Daniel Reboredo à qui nous souhaitons la bienvenue. En mai 2019 il sera remplacé par la Dresse Corinne Cohen (habitante du Levron) qui passera une année à la Maison de la Santé.

De janvier à avril 2019, nous aurons la responsabilité de médecins stagiaires (étudiants en dernière année de médecine) pour des stages d’un mois. Nous vous remercions d’avance pour votre collaboration. Ce sont l’avenir médical de la région pour certains.

Enfin le Dr Philippe Zufferey viendra compléter nos troupes comme déjà annoncé, il prendra possession de son cabinet à la fin août 2019. A priori il devrait succéder au Dr Bernard Darbellay qui arrêterait (ou diminuerait) possiblement ses consultations et pourrait effectuer des gardes à la MSGE.

Côté assistantes médicales, les troupes sont stables. Nous souhaitons bonne suite de carrière à Léna Gillioz qui a effectué brillamment son apprentissage chez nous et a remplacé durant 3 mois Laura Maître (voyageuse infatigable). Léna a trouvé de l’emploi à Nendaz et sera appréciée comme ce fut le cas à Sembrancher. Nous profitons de remercier chacune de nos assistantes pour leur précieuse collaboration, avec une pensée à Isabelle Tornay qui a la lourde tâche de coordinatrice. Nous sommes heureux de noter la fidélité de nos assistantes et leur engagement au sein de la Maison de la Santé.

Il y a 1 an (le 1er juin 2016) les consultations débutaient à la Maison de la Santé du Grand Entremont. Une petite révolution pour nos patients habitués à se rendre dans nos cabinets de village, avec leurs habitudes, leurs assistantes médicales...Un sacré changement pour nous médecins et pour nos assistantes: travailler dans une grande structure, collaborer avec plusieurs collègues, le papier a disparu, tout est informatisé... des gardes de 24 heures y compris le week-end avec présence à la MSGE de 10 à 18h samedi et dimanche etc...

On ne va pas le cacher, cette première année a été pénible. La charge de travail fut lourde. Le départ programmé du Dr Gilbert Bruchez a été difficile à compenser. Celui de notre collègue Lauriane Friedrich qui s'était engagée à 40% entraîne moins de problème. Nous avons été grandement soulagé par la Dresse Barbara Weith qui a assuré avec compétence de nombreuses gardes y compris le we. Le Dr Dugerdil nous donne aussi un bon coup de main. 

Mais au total, nous pouvons être satisfaits du bilan de cette première année. Nos chers patients nous ont suivi à Sembrancher, même si parfois, pour les plus âgés, cela entraîne des déplacements plus complexes. Des milliers de consultations ont été réalisées. Un grand nombre de consultations urgentes en dehors des heures de consultation ont été effectuées à la MSGE. Une partie de ces consultations étaient pratiquées avant l'ouverture de la MSGE à Martigny (hôpital et Vigimed). Nous avons ainsi "relocalisé" ces consultations en Entremont. Nos assistantes médicales nous sont restées fidèles et nous les remercions pour leur travail et leur engagement. Elles ont effectué un travail de bénédictin pour mettre au point le laboratoire surtout, la radiologie, la mise en place du matériel, s'adapter à des pratiques différentes selon les médecins. Le contrat a été rempli, comme le prouve la fréquentation des cabinets et et des urgences.

Les points particulièrement positifs de cette première année à la MSGE ? Avant tout la promesse tenue de maintenir en Entremont une médecine de premier recours de qualité. La création de la MSGE en était un jalon incontournable. Ainsi nous recevons et recevrons des médecins stagiaires et assistants qui seront les médecins de demain en Entremont (nombreux Entremontants!!!) C'est une charge de travail supplémentaire, mais également de grandes satisfactions que nous apportent ces jeunes avec leur belle motivation. La communication entre médecins est évidemment simplifiée, et avec les dossiers informatisés, la prise en charge des patients en urgence est plus commode. Des colloques de formation sont organisés au sein de la MSGE. Nos radiographies peuvent être vues directement sur les écrans de l'Hôpital du Valais si nous le souhaitons. Si nous avons un doute sur l'interprétation d'une radiographie, nous pouvons en référer au médecin-radiologue pour un avis expert. Tout comme si nous désirons un conseil pour la prise en charge d'une fracture, nous pouvons contacter un chirurgien qui voit le cliché radiologique.

L'an 2 sera marqué par l'arrivée cet automne du Dr Frédéric Bruchez, puis au printemps 2018 du Dr Vincent Luisier (possiblement accompagné par le Dr Zufferey, mais son arrivée pourrait être repoussée de 6 mois). Un ou des départs seront sans doute aussi au programme, les années passant... Des collaborations avec des spécialistes devraient  s'intensifier notamment avec le service d'oncologie de l'Hôpital du Valais, pour simplifier la vie de certains patients. Des relations plus étroites pourront être tissées avec la pharmacie, la physiothérapie et le service médico-social qui sont en train de rejoindre la MSGE II.

Une première bougie, c'est important. La gestation avait été longue et parfois douloureuse. Les premiers pas sont prometteurs, même si la démarche est encore parfois incertaine. 

 

Dr Gilbert Darbellay

 

 

 

Recherche