News

Le 31 décembre 2018, le Dr François Barmettler quittera la Maison de la Santé pour tirer un trait final sur sa longue carrrière médicale. Diplômé en médecine en 1975, il effectuera sa formation post-...

Nos ado n'ont décidément pas grand chose à envier à certains athlètes dopés qui ont toujours une guerre d'avance sur les contrôles anti-dopage... Nous connaissons tous les alcoolisations rapides et m...

Changement de look sur les façades des bâtiments de la Maison de la Santé après 2 ans et demi... Les trois édifices sont ainsi nommés sobrement "Centre Médical", "Paramédical + CMS" et "Entre terre et...

La nature première de la Maison de la Santé est d'assurer la prise en charge des patients d'Entremont. Pour cela une équipe de médecins de premier recours sont présents quotidiennement. Parmi eux le p...

Pas de révolution à la Maison de la Santé, mais comme dans une « famille », tout évolue. On citera déjà l’apport du Dr François Rudaz qui nous a épaulé pour les urgences depuis ce printemps. Durant l...

More From: Actualité Uncategorised

Le 31 décembre 2018, le Dr François Barmettler quittera la Maison de la Santé pour tirer un trait final sur sa longue carrrière médicale.

Diplômé en médecine en 1975, il effectuera sa formation post-graduée entre Lausanne, Fribourg, Payerne et Château d’Oex. Il partira ensuite pour 8 ans en Australie. Au pays des kangourous, les distances sont tout autres que celle de l’Entremont, et les visites à domicile se font souvent en avion… Mais le voilà de retour en Helvétie …il exercera durant 24 ans à Sembrancher, ainsi qu’une demi-journée par semaine à Finhaut.

En juin 2016 il fera le déménagement direction la Maison de la Santé. Le déplacement n’est pas à l’échelle de ses visites australiennes… en effet il s’agit de quelques dizaines de mètres. Lui est resté fidèle à son village d’adoption professionnelle, contrairement à ses collègues d’Entremont … Si la distance à parcourir de son ancien cabinet à la MSGE est courte, l’effort consenti est grand : le passage à l’ère de l’ordinateur , la collaboration avec des collègues et de nouvelles assistantes médicales (heureusement que Chantal et Fabienne l’ont accompagné), les gardes médicales . Le Dr François Barmettler a consenti à supporter tous ces tracas et à prolonger sa carrière médicale pour être certain que ses chers patients disposent à son départ d’une prise en charge adéquate.

Et le jour de tirer sa révérence à la médecine est arrivé. François laissera à ses patients , à ses collègues et ses assistantes médicales le souvenir d’un homme d’une grande gentillesse, discret et dévoué. Lors de son pot d’adieu, Chantal Schule, sa fidèle assistante durant plus de 25 ans, puis Denis Chevalley (qui a quasiment canonisé notre Saint-François) ont rendu un bel hommage oratoire au Dr Barmettler. (Adieux au Dr Barmettler par Chantal Schule)

Nous te souhaitons une belle retraite à titiller la truite, à te ballader sur les plages thaïlandaises avec ton épouse. Bon vent et merci pour tout ce que tu as donné à L’Entremont.

Gilbert Darbellay

 

 

La nature première de la Maison de la Santé est d'assurer la prise en charge des patients d'Entremont. Pour cela une équipe de médecins de premier recours sont présents quotidiennement. Parmi eux le pédiatre, Dr Michel Russo, consulte à temps partiel à la MSGE. A terme, il sera associé à une collègue pour élargir les prestations pour les enfants.

Mais la médecine se complexifie en ce 21ème siècle. Dès lors, vos généralistes doivent collaborer avec des collègues spécialistes pour vous assurer des soins performants. C'est dans cette esprit qu'une collaboration avec l'hôpital du Valais s'est développée. Des consultations de chirurgie par le Dr Guendil, médecin chef du service de chirurgie de l'hôpital du Valais, sont réalisées chaque 2 semaines. Une consultation de neurologie a également lieu chaque mois à la MSGE  avec les médecins cadres du service de neurologie de l'hôpital de Sion (Professeur Ghika, Dr Bonvin et Dresse Simionescu). Ce type de collaboration est unique actuellement pour les patients d'Entremont, il servira possiblement de projet-pilote pour le reste du canton. Dans l'avenir, il se discute la venue d'autre spécialités, comme par exemple la neurochirurgie.

Par ailleurs nous pouvons compter sur la collaboration des radiologues et des chirurgiens orthopédiques à travers notre radiologie qui est connectée avec l'hôpital du Valais.  Nous pouvons ainsi soumettre des clichés radiologiques à nos collègues de l'hôpital et leur demander leur expertise. Une fracture de cheville ou d'un poignet  nécessite-t'elle une chirurgie? Un coup de fil ou un mail au collègue hospitalier et ainsi le patient bénéficie du traitement le mieux adapté.

Mais nous travaillons également avec les collègues privés, par exemple les cardiologues à qui l'on peut faxer (ou "mailer"...) un électrocardiogramme pour un avis urgent. Nous organisons pour vous des consultations chez nos confrères spécialistes.

La médecine évolue... on parle de plus en plus de télémédecine, de robots (Da Vinci). Mais pour l'instant, le contact direct entre patients et médecins reste encore primordial. C'est donc bien une chance que de pouvoir compter sur des médecins spécialistes qui se déplacent à Sembrancher, eux qui déjà voyagent passablement avec notre hôpital du Valais multisite...

 

 

Nos ado n'ont décidément pas grand chose à envier à certains athlètes dopés qui ont toujours une guerre d'avance sur les contrôles anti-dopage...

Nous connaissons tous les alcoolisations rapides et massives -(binge drinking) - chez certains jeunes et parfois très jeunes. Ils sont nombreux à visiter les urgences hospitalières, tant que certains politiciens avaient même suggéré que ces hospitalisations ne soient plus pris en charge par l'assurance de base... Ces situations sont peut-être fréquentes, mais il ne faudrait pas les banaliser. Le pronostic vital peut être engagé. Ces alcoolisations massives peuvent débouché sur des arrêts respiratoires, des broncho-aspirations graves, des hypothermies particulièrement lors de froides soirées hivernales du type Nouvel An, voir des problèmes psychiatriques.

Nous pensons parfois que ces problèmes sont ceux des villes et que notre jeunesse est différente. Grosse erreur, bals, tournois populaires, concerts locaux dans les vallées ont leur lot de catastrophes. Il n'est pas nécessaire d'être marginal toxicomane banlieusard. Un  jeune homme de la région, bien intégré professionnellement et socialement, a perdu la vie dans ces circonstances.

Mais je suis tombé des nues quand une maman de la région m'a relaté ce qui se passait dans des soirées entre jeunes actuellement et ceci dans un de nos villages entremontants et même dans une bâtisse vouée a priori au sport... Il ne suffit plus de consommer des alcools forts mélangés à des boissons dites énergisantes (bourrées de caféine). Maintenant il faut y ajouter des sirops antitussifs (codéine ou dextrométorphane) et des anti-allergiques. On crée ainsi des boissons appréciées de rappeurs ou de pseudo-chanteur (style Justin Bieber...) qui ont pour nom "LEAN" ou "PURPLE DRANK". Le résultat est une drogue - appelons un chat un chat- qui fait planer nos ado, mais pas longtemps, car le coma est proche. Les risques sont majeurs d'arrêt respiratoire et de mort, mais aussi de troubles psychiatriques , d'accoutumance...

Quand l'horreur arrive, qu'un jeune homme ou une jeune fille disparaît à jamais lors d'une fête, une famille est dévastée à jamais, quelle pire douleur que de perdre un enfant? Mais la jeunesse entremontante a parfois la mémoire courte. 

Evitons de favoriser ce type de comportement, notamment en informant nos jeunes, en évitant de leur mettre à disposition des alcools forts et peut-être de douter de l'utilité de médication pour une toux ou une allergie un soir de fête...

Gilbert Darbellay

Le 15 septembre 2018 les 7 communes du Grand Entremont ( Bagnes-Bourg-Saint-Pierre- Bovernier- Liddes- Orsières-Sembrancher-Vollèges) ont organisé une fête pourcélébrer la réalisation de la « Maison de la Santé du Grand Entremont » - MSGE. Cette fois , c’est 4 bâtiments qui sont unis à Sembrancher pour collaborer à la santé des Entremontants et de leurs hôtes.

Le premier bâtiment sorti de terre et fonctionnel depuis le 1 er juin 2016 fut le centre médical avec ses cabinets médicaux et le rez-de-chaussée pour la gestion des urgences.

Le deuxième immeuble est celui des paramédicaux (pharmacie - physiothérapie - ostéopathie - centre médico-social - dentiste - pédicure).

Le troisième bâtiment « Ciel et Terre » comporte la société BTEE et des appartements.

Le petit dernier a été mis à disposition des ambulances de l’Hôpital du Valais (7h-19h) coiffé d’un héliport conforme aux normes édictées par l’OFAC. Un parking sous-terrain complète l’ensemble.

Il s’agit donc d’une collaboration de type « public-privé » , les communes ayant assuré la garantie bancaire, mais ce sont les locataires ou acheteurs qui assument les coûts. L’investissement des communes reste donc faible si ce n’est pour le dernier bâtiment.

Une grande démonstration de sauvetage a été mise en scène pour débuter la journée avec les interventions combinées de la police cantonale, des pompiers d’Orsières, des ambulanciers , ainsi que des samaritains. Ensuite ce fut le temps des discours avec au micro le préfet M. Alain Maret, M. Samuel Buchard pour l’Hôpital du Valais , puis le représentant de l’OFAC. Enfin M le chanoine Joseph Voutaz a béni les lieux.

L’apéro a suivi avec un accompagnement musical de solistes de L’Edelweiss d’Orsières.

Les invités étaient enfin conviés à une raclette. Des vols d’hélicoptère Air-Glaciers et d’autres activités se sont déroulés dans l’après-midi.

Le soleil fut de la partie, le vent sembranchard aussi, mettant à l’épreuve la tente de l’OCVS. La quasi totalité des présidents de commune était présente, ainsi que nombreux conseillers, députés, préfet, sous-préfète, M Jean-Maurice Tornay ancien préfet et fer de lance du projet, représentants de l’hôpital du Valais, occupants des lieux et heureusement , la population d’Entremont…

Les différents protagonistes de la MSGE sont a priori satisfaits de leur outil de travail, et il semble que la population du Grand Entremont également. La MSGE entretient une collaboration avec l’hôpital du Valais (quelques spécialistes de ce dernier consultent à la MSGE) ainsi qu’avec tous les physiothérapeutes et pharmaciens du district.

Voilà donc l’épilogue d’une aventure qui a débuté il y a longtemps, qui a connu quelques tensions lors de sa conception, mais qui connaît une « happy end » ce jour d’inauguration officielle. La gestion de la Santé du Grand Entremont possède ainsi une solide assise à Sembrancher et une belle garantie pour les futures générations.

 

Gilbert Darbellay

Connexion

Recherche